Mesures volontaires 2018-19

Plusieurs membres ont contacté le SEUQAM depuis la semaine dernière au sujet de l’application des mesures volontaires cette année. La tendance est clairement à la réduction du nombre de jours accordée ou alors, au refus pur et simple. Louisa Cordeiro, votre présidente, a contacté les ressources humaines pour savoir si c’était une directive de la direction pour interdire ou restreindre les mesures volontaires, ce n’est pas le cas. Ce sont les personnes gestionnaires des unités qui prennent cette décision mais, il y a effectivement un plus grand nombre de personnes qui nous interpellent à ce sujet ces derniers temps.

Comme la plupart d’entre vous le savent déjà, les mesures volontaires sont encadrées par la lettre d’entente B-3 qu’on retrouve dans la convention collective à la page 194. Les modalités d’application sont complexes et tout de même restrictives. Voici, par exemple, des éléments importants de cette lettre d’entente :

  • chaque demande de participation doit respecter les besoins de l’unité;
  • elle doit être autorisée par la personne responsable de l’unité;
  • un refus ne peut donner lieu à un grief;
  • il n’y a aucun remplacement durant l’absence.

Il est certain que plus le nombre de jours demandé est grand et plus il y a un risque de refus. Mais il faut tout de même que vous fassiez votre demande individuelle et la personne gestionnaire devra rendre une décision pour chacune des demandes reçues. S’il y avait refus catégorique de la part de la personne gestionnaire, nous invitons les membres à communiquer avec votre directrice ou directeur de groupe qui pourront faire certaines vérifications auprès des ressources humaines au cas par cas.

Il faut comprendre également que les mesures volontaires sont une bonne façon pour votre unité de pouvoir compresser des coûts lorsqu’il y a des coupures dans les budgets. Pour l’instant, ça ne semble pas être le cas mais nous attendons la présentation qui sera faite par la direction (1er mai). Vous comprendrez que si les personnes gestionnaires ne sont pas sous pression de compresser les dépenses de leur unité, les demandes de mesures volontaires sont moins pertinentes pour elles.

Notez néanmoins que nous déplorons et critiquons vivement le manque de considération que certaines personnes gestionnaires ont envers les gens qui font des demandes de mesures volontaires. Après tout, optez volontairement pour une réduction de salaire, c’est nécessairement pour répondre à un besoin : meilleure conciliation travail/famille, des raisons de santé, études à temps partiel, pour n’en nommer que quelques-unes. Dans certains cas, quelques jours de mesures volontaires peuvent faire la différence dans l’équilibre, parfois précaire, entre notre vie personnelle et professionnelle.

1 Commentaire

1 Rétrolien / Ping

  1. Flash nouvelles #244 -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*