Retour sur l’assemblée générale du 12 mai 2020 | Mot de la présidente

Bonjour chères, chers membres du SEUQAM, 

C’est dans un contexte de pandémie mondiale que le 12 mai 2020 s’est déroulée l’assemblée générale du SEUQAM pour adopter les états financiers 2018-2019 et prévisions budgétaires 2019-2020.

C’est à distance, sur la plateforme Zoom, que près de 300 membres du SEUQAM ont assisté à l’assemblée générale. Bien que 2 conseils syndicaux ont eu lieu auparavant sur Zoom, force est d’admettre que la gestion d’une assemblée de plusieurs centaines de personnes a été un défi de tous les instants. Noter que le comité exécutif s’est procuré un abonnement webinaire capable d’accueillir jusqu’à 3000 participants et d’accueillir des panélistes sélectionnés. Dans ce cas-ci, les membres de l’exécutif du SEUQAM étaient présents à l’écran.

D’entrée de jeu, disons-le, l’expérience a été extrêmement difficile. Problèmes technologiques, apprentissage du nouveau système, procédures imparfaites, présidente nerveuse, membres impatients, vous avez ici les ingrédients pour une recette ratée.

Les membres du comité exécutif ont rapidement fait un bilan de cette assemblée. J’y reviendrai.

Résumons tout d’abord le déroulement de cette assemblée générale.

L’assemblée était prévue de 12h00 à 13h00. Guy Gendron, directeur du groupe professionnel et gestionnaire de la plateforme Zoom a donné quelques consignes techniques, puis la présidente d’assemblée, c’est-à-dire moi-même, a expliqué aux membres présents qu’afin d’assurer la légitimité des votes sur les points de l’ordre du jour, le comité exécutif a choisis de faire affaire avec la plateforme SimpleVote, qui permet de contrôler la liste des membres en règle présents en assemblée et de leur permettre un vote sécuritaire et valide. L’adoption des prévisions budgétaires, du rapport des vérificateurs internes et des états financiers sera donc votée ultérieurement grâce à SimpleVote par les membres en règle présents lors de cette assemblée générale. Nous avons d’ailleurs vérifié et quelques personnes présentes n’étaient pas membres et même une personne n’était pas un employé de l’UQAM.

L’ordre du jour suivant a été adopté à la majorité.

  1. Proposition d’ordre du jour
  2. Dépôt et adoption des états financiers 2018-2019 
  3. Dépôt et adoption du rapport des vérificateurs internes (syndics) et de la réponse du secrétaire-trésorier 
  4. Dépôt et adoption des prévisions budgétaires 2019-2020 
  5. Informations sur la révision des textes pour le renouvellement de la convention collective
  6. Varia

Rapidement, les choses ont dérapé. La salle de conversation a été prise d’assaut à tout moment alors qu’elle devait être fermée pendant que les panélistes parlaient. Les procédures d’assemblée n’ont pas été rappelées aux membres. De plus, les procédures spécifiques d’utilisation de la plateforme Zoom en situation d’assemblée générale n’étaient pas claires.

Pour compliquer l’histoire, pendant la période de questions après le point 3, un membre a fait une proposition. Nous n’avions pas bien prévu la procédure dans le cas d’une personne membre qui faisait une proposition et celui-ci n’a pas eu le temps de l’expliquer. Voici la résolution :

Attendu la situation financière moins favorable du SEUQAM depuis la grève de l’automne 2019 qui a pour conséquence la réduction drastique du fonds de défense du SEUQAM ;

Attendu le rapport du comité de vérification interne du SEUQAM daté du 14 février 2020 ;

Attendu la réponse du comité exécutif au rapport de vérification du 21 avril 2020 ;

Il est proposé par Alain Roy, et appuyé par ____________ :

Que le SEUQAM adopte les règles de l’UQAM en ce qui concerne les frais de déplacement et de séjour, ce qui permettrait de réduire les per diem et les frais de transport et de séjour ;

Que le SEUQAM réduise la taille de ses délégations à trois (3) personnes déléguées aux divers congrès et rencontres du SCFP, CUPE, CPSU, SCFP-Québec, FTQ et CRFTQMM ;

Que le SEUQAM suspende tous les dons, y compris ceux aux retraité-e-s, jusqu’à ce que le fonds de défense soit renfloué à son niveau pré-grève, soit 750 000 $ ;

Qu’en attendant que le comité exécutif produise une copie d’une résolution d’assemblée générale ou d’une autre instance du SEUQAM sur la complétion par le SEUQAM du salaire de l’année suivant le départ à la retraite de la personne à la présidence du SEUQAM, qu’il n’y ait plus de versement de complétion suite à un départ à la retraite;

Que le SEUQAM négocie une diminution de ses cotisations auprès du SCFP (à l’instar de gros syndicats comme à Hydro-Québec et à Vidéotron qui ont de telles ententes) le temps que le fonds de grève soit renfloué.

Cette résolution a été déposée dans la section conversation de la plateforme Zoom et a été proposée par Alain Roy et dument appuyée par Maryse Dupré. Je ne voyais pas bien cette section et plusieurs membres non plus. J’ai demandé à Alain Roy de la projeter à l’écran et n’ayant plus accès à la zone conversation, je ne voyais pas les commentaires. Malgré la longueur de la résolution, à titre de présidente d’assemblée, il ne semblait pas y avoir de raison de la rejeter.

Nous avons donc procédé au vote à main levée à l’aide des outils participants. Nous avons demandé le vote pour, puis le vote contre. Le décompte a été long parce que nous ne maitrisions pas bien le système. On a refait le vote pour puisque certains n’avaient pas compris, et puis j’ai demandé les abstentions.

Il y a eu donc 90 pour, 52 contre et 50 abstentions. Nous évaluons que près de 70 personnes n’ont tout simplement pas voté.

La majorité a donc voté en faveur de cette résolution. Le comité exécutif se penchera alors sur les résolus.

Les autres points à l’ordre du jour ont été traités. J’ai rappelé aux membres que les propositions avec les budgets seront votées par les membres en règle présents à l’assemblée avec le logiciel SimpleVote.

Pour le point sur la révision des textes de la convention collective, Julie Brault, conseillère syndicale du SCFP a résumé la situation à laquelle nous sommes actuellement confrontés. Il y a eu encore beaucoup de discussions devant le conciliateur relativement à la possibilité de reporter ou d’encaisser jusqu’à 5 jours de maladie pour les employé.e.s à statut particulier. Nous attendons actuellement un retour de l’employeur à ce sujet depuis près d’un mois. Autrement, les textes sont pour ainsi dire complétés, mais restent des détails à valider.  

Il avait été entendu de poursuivre l’assemblée jusqu’à 13h30, nous avons donc été en mesure de passer à travers l’ordre du jour.

Je vous ai mentionné plus haut que le comité exécutif a fait un bilan de cette assemblée.

Tout comme les membres présents, nous constatons que cette première assemblée générale Zoom s’est déroulée dans un certain chaos pour ne pas dire un chaos certain. Une analyse détaillée de la salle de conversation nous confirme que plusieurs membres étaient insatisfaits du processus. Nous admettons que cela ne s’est pas bien passé et que plusieurs améliorations devront être apportées lorsque de nouvelles assemblées générales seront nécessaires.

J’aimerais souligner que c’est la première fois dans l’histoire du SEUQAM qu’une assemblée générale de plusieurs centaines de membres se déroule à distance. Les procédures d’assemblée n’ont pas été respectées. Lorsque je pouvais voir ce que les membres écrivaient dans la salle de conversation, je pouvais lire des commentaires impatients, voire agressifs. C’est un peu comme si tout le monde se mettait à parler en même temps à voix haute dans la salle. D’entrée de jeu, après avoir remercié les membres pour leur présence, j’avais demandé un peu d’indulgence puisque c’était une première. Force est d’admettre, que la conjoncture n’a pas aidée au bon déroulement de cette réunion, tous étant sous tension ces dernières semaines.

Il s’avère donc qu’en tant que présidente d’assemblée, j’ai été incapable de bien gérer la situation. Je le reconnais. Les membres de l’exécutif prennent acte de la situation et travaillent déjà à améliorer les choses pour le futur. Puisque le confinement à Montréal s’annonce long et que la distanciation sociale de 2 mètres devra être maintenue pour plusieurs mois, il y a fort à parier qu’il y aura prochaines fois.

Il faut tout de même regarder le bon côté des choses et se questionner sur des aspects qui pourraient être positifs. Une assemblée à distance permet-elle une participation de membres qui n’auraient normalement pas été présents? Est-ce que cela peut améliorer la conciliation vie personnelle et syndicat? Est-ce que cela pourrait permettre à plus de personnes de s’impliquer? Parce que je l’ai dit souvent, le SEUQAM, c’est vous. Le SEUQAM, c’est nous tous ensemble!

Louisa Cordeiro

Présidente du SEUQAM

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*